Le PSG échoue une nouvelle fois en 8e de finale de Ligue des Champions

Le PSG se fait éliminé de la Ligue des Champions par ManU

Le Paris Saint-Germain a souvent échoué en Europe au cours de la dernière décennie, mais rarement de manière aussi dramatique et aussi inattendue. Si la “remontada” du FC Barcelone au Camp Nou en 2017 était sans précédent (une défaite 4 - 0 à l'aller pour ensuite s'imposer 6 - 1 et se qualifier), il n'en reste pas moins que Messi et ses coéquipiers avaient le sentiment d'être capables de tirer leur épingle du jeu. Ce qui n'était pas le cas hier soir. Dans l’histoire de la Champions League, jamais un déficit de 2 - 0, à domicile à l'aller n'avait permis à l’équipe malheureuse de se qualifier. Jusqu’à hier soir, jusqu’à ce que Manchester United le fasse. Compte tenu de la prestation extrêmement convaincante du PSG à l'extérieur il y a déjà trois semaines et de l’absence de cadres comme Paul Pogba, Ander Herrera, Nemanja Matic, Juan Mata, Alexis Sánchez, Jesse Lingard et Anthony Martial, cette rencontre ne devait être qu’une simple formalité avant d’embrayer sur les quarts. Mais l’Histoire en a voulu autrement, au détriment (et à cause) de Paris.

 

L’humiliation pour le PSG, Kherer et Bouffon

Paris a donc réussi à accomplir l'impensable, mais dans le sens inverse de qu’on attendait d’elle… Tout s’emballe très rapidement après le coup d’envoi. Le PSG prend un coup de massue dès la seconde minute de jeu à cause d’une erreur monumental de Kehrer. Ce dernier loupe complètement une passe dans l’axe que Lukaku récupère au nez et à la barbe de Thiago Silva pour remporter derrière son duel contre le portier Italien. Contre toute attente, ce qui devait être une promenade de santé devient un match à enjeu, aussi bien pour ManU qui retrouve espoir et Paris qui se doit d'arrêter l'hémorragie au plus vite. Et c’est donc logiquement que le PSG rebondit et inscrit son seul et unique but de la rencontre quelques minutes seulement après ce tragique départ. Sur un centre au deuxième poteau de Mbappé, Bernat redonne du moral au troupe en transformant l’occasion (12e).

Mais le cauchemar n’avait fait que commencer. Si les joueurs de la capitale possèdent le ballon et pilonnent les lignes adverses, étouffant Manchester, ils n’arrivent pas à verrouiller le match. Pire, Lukaku vient une seconde fois briser le moral parisien en inscrivant un second but (30e). Son partenaire Rashford tente une frappe puissante de loin que Buffon réussit à bloquer mais pas à capter. Le Belge en profite et vient pousser la balle au fond des cages. Après cette action, si les Anglais n’arrivent pas à avancer sur le terrain, on sent les Parisiens bien trop fébrile, à l’image de leur star Kylian Mbappé qui a été méconnaissable et a loupé tout ce qu’il a pu tenter. Le suspense aura duré jusqu’aux toutes dernières minutes de la rencontre, jusqu’à ce que le sort achève son travail. Dans le arrêts de jeu, Kimpembe est auteur d’une main dans la surface. L’arbitre prend son temps pour consulter le VAR puis confirme la faute et accorde un penalty à Manchester. Coup de tonnerre dans les deux camps ! Rashford est désigné pour envoyer son équipe en quart. Le jeune joueur de 21 ans ne tremblent pas devant les cages et trompe Buffon sur sa droite, marquant le but synonyme de la fin de l’aventure pour le PSG.

 

L’argent du Qatar ne fait pas le bonheur de Paris

Pourtant, l’équipe semblait avoir été correctement reprise en main par le nouvel entraîneur Thomas Tuchel, et on peut difficilement lui attribuer cette nouvelle défaite. L'Allemand a apporté courage, esprit d’équipe et diversité tactique depuis qu'il a remplacé Unai Emery l'an dernier, comme en attestent les victoires à Liverpool et à Manchester qui ont été spectaculaires. Thiago Silva a lui-même admis après le match que les joueurs n'avaient pas suivi les consignes du coach et qu'ils avaient été beaucoup trop stressé. Mais pourquoi tant de stress ? Sur le papier, il suffisait de simplement rejouer la partition présentée lors du match aller pour s’assurer une place en quart. Et Paris n’a pas été capable de le faire. Pire encore, de manière objective, on peut clairement dire que Manchester n’a pas joué lorsque le PSG a déjoué, offrant sur un plateau d’argent la victoire à son adversaire. Depuis des années, le club injecte des sommes astronomiques d’argent pour ses recrutements, afin d’atteindre le saint graal du football en club : la victoire en Ligue des Champions. Force est de constater une nouvelle fois, s’il le fallait vraiment, qu’il ne suffit pas d’aligner les grosses recrues pour mettre en place une équipe solide sur ses appuies.