Des joueurs français de tennis ont été arrêté car soupçonnés d'avoir participer à des matchs truqués.

4 joueurs français soupçonnés de matchs truqués

Quatre joueurs de tennis français sont en garde à vue car soupçonnés d'avoir pris part à un système d’une centaine de matchs de bas niveaux truqués. Les joueurs sont soupçonnés d’avoir travaillé pour Grigor Sargsyan, 28 ans, connu sous le nom de Maestro. Selon la police, ce Belge aurait payé plus de 100 joueurs provenant d'au moins une demi-douzaine de pays. Ont été nommés les joueurs Jules Okala, 21 ans, Mick Lescure, 25 ans, Yannick Thivant, 31 ans et Jérôme Inzerillo, 28 ans. Aucun n'évoluait dans les sphères les plus élevées du tennis.

Ces détentions s'inscrivent dans le cadre de plusieurs mois de recherches menées par des policiers travaillant à travers toute l'Europe pour démêler un vaste stratagème de trucage de matchs, organisé grâce à des messageries cryptées et qui impliquerait des dizaines de joueurs de bas niveau, jouant sur le fait que ces derniers avaient du mal à joindre les deux bouts en participant à des tournois de petite envergure.

Une douzaine d'autres joueurs français ou plus devraient également être interrogés dans les jours ou semaines à venir. Un enquêteur a déclaré que la France était l'un des pays les plus durement touchés. Les enquêteurs ont également interrogé d'autres joueurs en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Slovaquie et en Bulgarie et cherchent à en interroger d'autres, y compris des joueurs et des managers des États-Unis, du Chili et encore d’Egypte. Selon la police, “Maestro” employait des petites mains qui plaçaient pour lui de nombreux paris de faibles montants afin de ne pas éveiller les soupçons.

Sargsyan a été arrêté lors d'une vague d'arrestations en Belgique en juin 2018 et est toujours en détention, faisant face à des accusations de crime organisé, de trucage de matches, de blanchiment d'argent et de falsification. Un banquier soupçonné de faire également partie de cette organisation mafieuse fait aussi face à des accusations de blanchiment d'argent et de crime organisé, tandis que quatre autres personnes font l'objet d'une enquête pour jeu illégal.